Content Marketing – Why it is necessary for businesses?

Pays anglophones vs pays francophones : comment combler le fossé ?

Au fur et à mesure que le monde des affaires se développe, les opportunités commerciales deviennent omniprésentes. Le défi majeur reste la capacité de saisir et d’exploiter ces opportunités à des fins fructueuses. Pour ce faire, il faut néanmoins surmonter les obstacles et jeter des ponts. Ce paradigme est magnifiquement illustré par les mondes francophone et anglophone. Au-delà de leurs différences géographiques et historiques, la France et le Royaume-Uni ont, au fil du temps, façonné des visions et des modèles d’entreprise distinctsHeureusement, le fossé entre ces visions n’est pas infranchissable. Quelles sont les différences entre le monde des affaires anglais et français ? Quels atouts faut-il posséder pour exploiter pleinement ces deux marchés ? Au-delà de la barrière de la langue, quelles sont les autres différences entre ces deux mondes et comment les surmonter ? Voilà les questions auxquelles les entreprises doivent impérativement répondre si elles veulent comprendre les subtilités de ces deux mondes. 

 

Différences globales 

Les différences entre les francophones et les anglophones remontent loin dans l’histoire, mais c’est à l’époque coloniale que le fossé entre les pouvoirs français et anglais est devenu mondial. Les deux puissances ont remodelé les modèles politiques, économiques et sociaux du monde, les normes commerciales, et même l’orientation et la perception de certains pays à travers le monde. 

En Afrique, par exemple, les colons britanniques ont opté pour le régime indirect, un système de gouvernance qui tire parti des structures de pouvoir sociopolitiques préexistantes des autochtones. L’impact de ce système sur le commerce a été rapidement remarqué par la suite, les colonies britanniques ayant rapidement adopté un mode de vie basé sur le commerce, les affaires et les échanges. 

Parallèlement, dans le monde francophone, les pouvoirs de l’État et l’administration sont prédominants. En général, les pays anglophones sont perçus comme étant favorables aux affaires, comme le montre le classement de la facilité à faire des affaires. Cette perception évolue toutefois au fil des ans, et aujourd’hui, des pays comme la Côte d’Ivoire apparaissent rapidement comme des réformateurs de premier plan, en ce qui concerne la qualité de leur environnement commercial.

 

10 clés pour combler le fossé anglophone-francophone 

Que vous soyez originaire du monde francophone et souhaitiez faire des affaires dans le monde anglophone, ou vice-versa, le fossé entre ces mondes est un obstacle toujours présent. Cependant, voici quelques clés pour y faire face : 

1- Avoir un bon produit 

Quel que soit le lieu où vous opérez, que ce soit dans un pays anglophone ou francophone, le premier facteur de réussite est la qualité du produit ou du service que vous proposez. Ce dernier doit être adapté au marché ciblé. Il doit résoudre un problème réel et évident et être accessible à un prix compétitif. Si ces conditions ne sont pas remplies, tous les autres efforts risquent d’être inefficaces. 

2- Se constituer un réseau, affiner son parcours 

Le parcours personnel est crucial, surtout dans le monde francophone. L’endroit où vous avez étudié, les entreprises pour ou avec lesquelles vous avez travaillé, votre expérience professionnelle, sont autant de facteurs qui peuvent vous faciliter la vie. Et s’il est vrai que les pays anglophones sont plus tolérants envers les nouveaux arrivants, dans les pays francophones, l’expérience est particulièrement valorisée. Par ailleurs, il est très important de soigner son carnet d’adresses. Les bons contacts peuvent vous faciliter la vie, surtout dans le monde des affaires francophone qui fonctionne beaucoup sur les recommandations et les faveurs. 

3- Connaître sa raison d’être 

Si le parcours et le carnet d’adresses d’une personne sont très importants, il en va de même pour sa motivation. Dans le monde anglophone en particulier, vous pouvez obtenir des opportunités en fonction de votre « raison ». Il est donc important de savoir et surtout de faire savoir ce qui vous motive, pourquoi vous faites ce que vous faites, et quels sont vos objectifs. 

4- Maîtriser le contexte politique 

Quelle que soit la qualité de votre produit ou service, il serait catastrophique de le lancer au mauvais moment. Il est vital de comprendre la dynamique politique du marché sur lequel vous allez opérer. Quelles sont les ambitions de ses dirigeants ? Comment se reflètent-elles dans leurs politiques économiques ? Quelles mesures sont favorables à votre entreprise ? Comment pouvez-vous protéger votre activité contre les mesures qui pourraient lui nuire ? Dans une région comme l’Afrique, la maîtrise du contexte politique est essentielle, surtout si vous cherchez à y réaliser des investissements à long terme. 

5- Connaître les différences liées à l’employabilité 

En général, en matière d’employabilité, les systèmes anglophones sont plus flexibles que les systèmes francophones. Il est à la fois plus facile d’embaucher et de licencier du personnel. Dans les pays francophones, il est assez pénible d’embaucher ou de rompre un contrat de travail et cela peut affecter son activité. Comprendre les différences entre ces deux mondes vous aidera à savoir quels types de contrats il serait préférable de proposer, si vous devez externaliser ou non, etc.

6- Comprendre la langue 

Nous devons convenir que le commerce est plus difficile lorsque les parties concernées ne se comprennent pas. Une langue est un outil majeur dans le commerce. Comprendre la langue, ou avoir quelqu’un qui la comprend, est la première étape. Dans le monde anglophone, tous les efforts pour comprendre la langue sont loués. En revanche, les francophones sont un peu plus exigeants quant au niveau de maîtrise requis pour faire des affaires avec eux. Quoi qu’il en soit, faites des efforts pour comprendre à la fois le français et l’anglais. Pour les francophones, parler l’anglais est un atout indéniable, étant donné que c’est la langue principale dans le monde des affaires. Pour les anglophones, parler le français – couramment – n’est pas seulement un atout mais un outil pour surprendre les partenaires commerciaux francophones. Cela permet également de faciliter les discussions et de poser les bases d’une collaboration digne de confiance et amicale. 

7- Connaître la loi 

Les lois en vigueur dans un monde sont complètement différentes lorsqu’on s’installe dans un autre. Il est important de les comprendre parfaitement ou d’être proche de personnes qui les comprennent. S’il est vrai que les grands blocs économiques (CEDEAO, CEMAC, CDAA, COMESA) ont des réglementations communes, au niveau national, il existe des lois spécifiques qui peuvent déterminer le succès ou l’échec de votre projet. 

8- Comprendre le contexte culturel 

Deux pays voisins, malgré leur proximité géographique, peuvent avoir des cultures complètement différentes. Dans ce cas, comprendre ce qui fonctionne au niveau mondial et l’adapter au niveau local est essentiel pour réussir son projet. Appliquer simplement la même stratégie que celle utilisée dans un environnement francophone dans un environnement anglophone ne fonctionnera pas forcément. Ajuster votre stratégie en tenant compte des particularités culturelles est nécessaire mais délicat. Cependant, ne pas le faire pourrait conduire à un échec.

9- Maîtriser les risques structurels 

L’un des principaux défis auxquels les entreprises sont confrontées est le risque de fluctuation des devises étrangères. En Afrique par exemple, les pays anglophones ont leurs propres monnaies et la plupart des pays francophones partagent le franc CFA. Dans ce dernier cas, le risque lié au taux de change est plus faible. Par conséquent, un opérateur commercial qui entre dans un pays faisant partie de la zone franc atténue ce risque, surtout si la valeur des devises de la zone anglophone chute. 

10- Soyez informé 

Que vous soyez dans une zone francophone ou anglophone, la pire chose que vous puissiez faire est de penser que vous comprenez la région en vous basant sur des suppositions. Il est vital de rester informé et de vraiment appréhender comment les informations que vous recevez peuvent affecter votre activité. Il est également important, comme partout ailleurs, d’avoir un carnet d’adresses bien rempli et d’établir des partenariats solides. 

 

Quelle est la prochaine étape ? 

Loin d’être un obstacle, les différences entre les régions où l’on parle différentes langues peuvent être un avantage, à condition de comprendre certaines règles et de savoir comment les respecter. Cette réalité vaut pour les mondes francophone et anglophone. D’ailleurs, de nombreux pays déploient des efforts pour combler ces différences et construire des espaces économiques plus forts. Un projet tel que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) est un parfait exemple de ces efforts, en Afrique. 

  

Comme le dit mon dicton favori, apprendre c’est partager. J’aimerais donc entendre vos pensées sur le sujet dans les commentaires ci-dessous. 

Merci, et/ou, Thank you 🙂 

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

19 − 14 =